Karel Prokop

karel Prokop

Biographie

Turkmenbachi

Réalisateur de nombreux films documentaires pour la télévision, Karel PROKOP voulait d'abord se consacrer  au cinéma. Né à Prague, dans ce qui s'appelait alors la République Socialiste Tchécoslovaque, il y fait des études à la FAMU, la célèbre école de cinéma qui avait formé la génération de cinéastes de "la Nouvelle Vague Tchèque".

Après un séjour et le tournage de son premier film à Paris il revient dans son pays natal mais y est immédiatement emprisonné pour "menées subversives contre le régime socialiste à l'étranger". Acquitté faute de preuves dans le dernier procès politique en Tchécoslovaquie avant le Printemps de Prague, il est relâché mais interdit "à jamais" d'exercer son métier de metteur en scène. Les studios de cinéma lui étant fermés, il travaille comme camionneur, puis réussit à quitter clandestinement la Tchécoslovaquie pour revenir en France et y demander l'asile politique.

Il entre à l'ORTF comme assistant, puis commence à réaliser des reportages et des magazines d'actualité.  A l'occasion d'un tournage, il découvre la plongée sous-marine qui devient, après le cinéma, sa deuxième passion.

Voulant concilier les deux, il passe ses brevets, puis tourne ses premiers documentaires sous-marins et, revenant à sa vocation d'origine, écrit et réalise pour TF1 le premier film policier "sous-marin" dans l'histoire de la télévision.

Toutefois, l'appel des films documentaires – et des voyages exotiques – reste trop fort et il enchaîne les tournages sur terre, sur – et sous – la mer aux quatre coins du monde: la Nouvelle Calédonie, le Mexique, les îles perdues de l'Océan Indien, les plate-formes de pétrole en Mer du Nord, et accompagne des expéditions scientifiques au Cameroun et dans l'Océan Atlantique.

En 1987, il fait la connaissance de Théodore MONOD, un cousin de son épouse Anne, connu à l'époque du seul milieu scientifique, qui lui parle d'une mystérieuse météorite perdue dans les sables du Sahara et de son projet de voyage pour la découvrir. Après plusieurs refus des plus grandes chaînes de télévision de l'époque, il obtient de France 3 un budget pour louer une caméra - et deux chameaux - en Mauritanie et partir filmer tout seul les aventures du vieux savant. "Le vieil homme et le desert" marquera le début de la carrière médiatique de Théodore MONOD et le propulsera au hit parade de personnages les plus populaires de France. 

Puis, Karel PROKOP enchaîne documentaires d'histoire, de géopolitique, portraits d'écrivains ou des films scientifiques, avec une prédilection pour le genre qu'il définit comme "aventure intelligente": des films où il passe de l'archéologie à l'actualité et de l'histoire des civilisations au film d'aventure pour faire découvrir des pays au riche passé, comme le Yémen ou le Soudan, aujourd'hui secoués par toutes sortes de conflits.

En 2016, sa filmographie comporte une quarantaine de documentaires, dont plus de quinze primés dans différents festivals internationaux.